Slow train

Au centre de la Birmanie, aux abords de la région du Lac Inle, les routes qui desservent
cette partie du pays sont rares, et parfois même inexistantes. L’un des seuls moyens pour les
villageois de regagner les villes est une ligne de train surnommée le « Slow train », en raison
de sa vitesse environnant les 10 km/h de moyenne. Ce train part de Yaksauk, puis passe par le
canton de Nyaung Shew, principale commune du lac, et continue jusqu’à Thazi, où il
récupère l’axe ferroviaire Mandalay/Yangon.

Voyager dans ce train, c’est voir l’arrière-cour du pays, c’est montrer et partager
l’atmosphère de ce lieu ambulant qui parcourt la Birmanie profonde. En allant de village en
village, à la vitesse du pas de l’homme. A l’époque d’une société hyper-active qui favorise les
relations par le biais de réseaux sociaux virtuels, certes utiles sur quelques aspects, il est
important de se souvenir qu’il existe d’autres lieux aussi vivants que surprenants. Cette ligne
de train, où les gens se croisent, se regardent, se rencontrent, échangent, vendent, rient et
s’entraident, traverse pianissimo les reliefs montagneux.

Cette exposition nous dépeint le voyage quotidien de ces hommes et de ces femmes qui
avancent entre les paysages changeants. Elle rapporte un témoignage visuel et social de la
culture qui gravite autour de cette ligne ferroviaire atypique, celle du « Slow Train ».